ISP - Institut des Sciences sociales du Politique UMR7220

Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

Rechercher




Accueil > Partenariats > Autres programmes finances > Programmes achevés

REAT

publié le

REAT

REAT - « La réaction sociale aux attentats : sociographie, archives et mémoire », est un projet de recherche porté par Gérôme Truc et soutenu par le CNRS dans le cadre de l’appel "attentats-recherche.
L’objectif du projet est de produire une sociographie fine des réactions suscitées dans la société française par les attentats de janvier et novembre 2015

Equipe

  • Gérôme Truc, Porteur du projet, ATER à l’ENS Cachan au 1er janvier 2016, chercheur associé à l’Institut des Sciences sociales du Politique

Chercheurs participant au projet :

  • Sarah Gensburger : chargée de recherches au CNRS, rattachée à l’Institut des Sciences sociales du Politique
  • Fabien Truong : professeur agrégé au département de sociologie de l’Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis, membre de l’équipe ETT du Centre Maurice Halbwachs (EHESS / ENS / CNRS)
  • Sylvain Antichan : post-doctorant Labex « Les Passés dans le présent », rattaché à l’Institut des Sciences sociales du Politique
  • Maëlle Bazin  : doctorante à l’Institut Français de Presse (Université Paris II – Panthéon Assas)
  • Sandrine Clérisse  : Ingénieure d’études CNRS, rattachée à l’Institut des Sciences sociales du Politique

Résumé :

L’objectif du projet REAT est de produire une sociographie fine des réactions suscitées dans la société française par les attentats de janvier et novembre 2015.
Ce faisant, il entend contribuer à une meilleure compréhension de ce que les attentats font aux sociétés où ils surviennent, au-delà de ce qui relève de leur traitement médiatique et des réponses politiques qui y sont apportées, et à un affinement des concepts dont disposent les sociologues pour en rendre compte.
Ce projet articule à cette fin trois volets empiriques :

  • a) des enquêtes ethnographiques menées auprès des lieux des attentats et des quartiers frappés, ainsi que dans une commune de la banlieue parisienne indirectement liée aux événements ;
  • b) une analyse des modalités de réaction aux attentats sur les réseaux socio-numériques ;
  • c) une étude des hommages aux victimes déposés sur les lieux des attentats et des autres messages de soutien collectés à la suite des attentats. Sur ce dernier plan, le projet REAT se conçoit plus particulièrement comme une entreprise de valorisation scientifique du travail entrepris par les archives de Paris à la suite des attentats du 13 novembre.

Inspiré du travail réalisé par l’équipe de l’« Archivo del Duelo » au Centro Superior de Investigaciones Científicas après les attentats de Madrid en 2004, ainsi que d’autres recherches du même type menées aux États-Unis après le 11-Septembre et au Royaume-Uni après les attentats de Londres en 2005, il vise enfin à structurer en France un groupe de travail sur la question des réactions sociales aux attentats en vue d’engager à plus long terme des échanges internationaux sur cette thématique de recherche.