Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

Rechercher




Accueil > ANNUAIRE

KEVONIAN Dzovinar

Maîtresse de conférences en histoire habilitée à diriger des recherches à l’Université Paris Nanterre

ISP
Université de Paris Nanterre
Maison Max Weber - 3ème étage
200, ave de la République
F- 92001 Nanterre
00 33 (0) 40 97 76 52
@ : dzovinar.kevonian@parisnanterre.fr - kevonian.dzovinar@wanadoo.fr


Thèmes et orientations de recherche

  • Questions juridiques, sociales et humanitaires dans les relations internationales contemporaines
  • Réfugiés et apatrides au XXe siècle
  • Juristes internationalistes et histoire des droits de l’homme
  • Itinéraires et pratiques des acteurs des organisations internationales et ONG sur la question des réfugiés, des apatrides et des minorités
  • 2015-2016 : Responsable du projet de préfiguration AJII du Labex les passés dans le présent : Archives des juristes internationalistes, sources du droit. Pour une histoire sociale de la pratique juridique, avec P. Rygiel et en partenariat avec la BDIC.
  • 2014-2016 : Membre du Projet de la Comue Paris-Lumières : « gouverner les migrations internationales ? »
  • Depuis septembre 2014 : Co-organisatrice du séminaire de recherche Migrations croisées : http://www.isp.cnrs.fr/?Programme-2015-2016-Migrations-regards-croises
  • Membre de l’UMR 7220 ISP : Institut des sciences sociales du politique
  • Membre associée de l’UMR 8138 - SIRICE
  • Membre du Conseil scientifique de La Contemporaine
  • Membre du Comité d’histoire de l’Office français pour la protection des réfugiés et apatrides (OFPRA)
  • Membre du Comité scientifique du Musée d’histoire de l’immigration (MHI) – jusqu’en juin 2017
  • Membre du comité de rédaction de la revue Monde(s) histoire espaces relations

Recherches

  • Habilitation à diriger des recherches (soutenue en décembre 2018, ENS Lyon) : Mémoire inédit : The Swing of the pendulum : les juristes et l’internationalisation des droits de l’homme, 1920-1939, 407 p. Cette étude sur l’internationalisation des droits de l’homme à partir des questions matricielles que sont les migrations forcées, l’apatridie et les minorités, vise à enquêter sur un temps tout autant dominé par les logiques impériales et nationales, que par une volonté de structuration du champ du droit international, et qui subit l’ombre rétroactive de la Déclaration universelle de 1948. L’analyse ne consiste pas tant en une quête des origines qu’en une étude multiscalaire associant espaces sociaux et espaces spatiaux. New-York, Paris et Genève constituent les espaces qui polarisent les enjeux et contraintes de cette internationalisation. Quatre espaces sociaux principaux, l’Institut de droit international, l’Académie diplomatique internationale, la Dotation Carnégie pour la paix internationale et la Société des nations sont au centre de l’analyse fondée sur des sources pour certaines inédites, auxquels ont été associés des arènes secondaires : l’Union interparlementaire, l’Union internationale des associations pour la Société des nations, l’Union juridique internationale et l’Institut des hautes études internationales de Paris. Chaque chapitre est construit selon une polarité et une échelle différente autour du pivot que constitue l’adoption le 12 octobre 1929 à New York, de la Déclaration des droits internationaux de l’homme par l’Institut de droit international : parcours individuels du juriste russe exilé André N. Mandelstam et d’Albert de La Pradelle, sociographie d’un champ et d’un milieu (compagnie juridique et think tank transnationaux), analyse des structures savantes et de mobilisations, formulation et co-construction normative, biais de réception et communautés interprétatives.
  • Doctorat en Histoire (soutenue en 1999, Université Paris 1) : Réfugiés et diplomatie humanitaire : les acteurs européens et la scène proche-orientale pendant l’entre-deux-guerres. Émergence du statut juridique international du statut de réfugié et mise en place des première structures internationales concernant les réfugiés russes et arméniens. Travail fondé sur un corpus croisant archives des organisations humanitaires internationales et communautaires (notamment le CICR), de la Société des Nations et du BIT, des États français et britannique, et des publications juridiques. Identification des contours et limites d’une « diplomatie » humanitaire en recomposition entre les deux guerres à partir d’une approche par les acteurs et pratiques. Dans le Proche-Orient des années 1918-1923, les réfugiés en Cilicie, Syrie et Liban s’intègrent dans la politique orientale de la France comme éléments de la stratégie de guerre, puis des rivalités territoriales et enfin après 1921, du jeu minoritaire. La mise en pratique des plans internationaux d’établissement des réfugiés arméniens puis assyriens en Syrie et au Liban entre 1927 et 1938, l’intervention du CICR lors de la révolte druze (1925-1926) permettent d’analyser les lignes de force qui traversent le champ humanitaire international, autour des réseaux constitués par Fridtjof Nansen et Albert Thomas à la SDN et au BIT comme autour des réseaux américains/protestants. Plus généralement, la réflexion menée interroge la mutation qui affecte la question des réfugiés dans cette période : mouvements de masse, essor sans précédent de l’apatridie, dénationalisations forcées, dans un contexte marqué par la nationalisation des sociétés européennes, l’augmentation de la capacité étatique et le contrôle des circulations migratoires.
  • 2001-2003 : Chargée de recherches au CNRS. Laboratoire d’accueil : URMIS, Université Paris VII. Projet de recherche : Les statuts internationaux de réfugiés depuis 1919 : enjeux catégoriels entre conceptions collectives et individualisation. Étude des catégorisations internationales des populations réfugiées selon deux approches : appréhension individuelle ou collective dans l’élaboration des statuts internationaux des réfugiés et enjeux de catégorisation verticale entre statut de réfugiés et ensemble plus vaste des statuts migratoires.

Enseignement

  • Depuis 2004 : Maîtresse de Conférence en Histoire contemporaine, Université Paris Nanterre : Licence, Master, préparation du CAPES et de l’Agrégation, direction de mémoires de recherche de Master.
  • Depuis sept. 2014 : Création de projets étudiants en milieu professionnel avec stage en L3 : 25 établissements scolaires, sociétés, associations, centres d’archives, entreprises partenaires en IDF.
  • Depuis sept. 2014 : Création d’un séminaire de Master sur les sources de l’histoire contemporaine en recherche-action et pédagogie participative.
  • Depuis 2010 : Création et animation d’un cours en partenariat avec La Contemporaine : Découverte des métiers de l’histoire (intervenants professionnels, formation à la communication et préparation d’un projet étudiant, L3).
  • 2007-2012 : Co-création et animation avec Odette Martinez d’un cours en partenariat avec La Contemporaine : Fabrication de la source orale en histoire contemporaine : théorie et pratique (tournage de témoignages - intégration aux fonds audiovisuels de La Contemporaine), en L3. Conclusion d’une convention de partenariat entre le Département d’histoire de l’UPN et La Contemporaine (2007). Animation de cet atelier sur deux semestres depuis 2015 (10 entretiens filmés par an)
  • 2001-2005 : Chargée de cours à l’Université Paris 5 (Socio-démographie des minorités en Europe)
  • 2003-2004 : Professeur au Lycée F. Tristan, Noisy-le-Grand
  • 1998-2001 : Chargée de cours à l’Université du Mans et Paris-I ; professeur au lycée H. de Balzac, Mitry-Mory
  • 1993-1998 : Allocataire monotrice puis ATER à l’Université Paris 1 et à l’Université du Mans
  • 1991-1992 : Professeur au Lycée F. Mistral, Fresnes puis au Lycée J. Ferry, Coulommiers

Responsabilités collectives

  • Membre de Commissions de recrutement MCF : 2011 (Cergy-Pontoise), 2012 (Paris-I), 2013 (Tours), 2014 (Nanterre), 2015 (Strasbourg).
  • Depuis novembre 2013 : Membre élue du Conseil de laboratoire de l’UMR ISP
  • 2009-2014 : Membre élue du Conseil de l’UFR de Sciences sociales et administration de l’UPO
  • 2011-2012 : Membre de la Commission de l’ISP chargée de la préparation du quinquennal 2014-2018
  • Collaboratrice à l’organisation du séminaire général de l’ISP, année universitaire 2010-2011 et 2011-2012 sur la thématique histoire et sociologie du politique
  • 2011-2012 : Membre élue du Conseil scientifique de l’UPO
  • 2008-2011 : Directrice adjointe de l’UFR de Sciences sociales et administration de l’UPO
  • 2006-2008 : Directrice adjointe du Département d’Histoire
  • 2001-2006 : Cité Internationale Universitaire de Paris : Directrice de la Maison des Étudiants Arméniens : 80 résidents étudiants de nationalités diverses (gestion du personnel, administration, partenariats avec les universités, financements).

Titres

  • 2018 : Habilitation à diriger des recherches, ENS Lyon. Dossier : Pour une histoire globale des acteurs, objets et pratiques des migrations forcées et des droits de l’homme (recueil de publications 461 p. ; mémoire de synthèse 98 p. ; mémoire inédit 407 p.)
  • 1999 : Thèse de Doctorat, Université Paris 1, Réfugiés et diplomatie humanitaire ; les acteurs européens et la scène proche-orientale pendant l’entre-deux-guerres, 991 p.
  • 1991 : Agrégation d’Histoire et CAPES d’Histoire-Géographie

Publications

A paraître

  • Le Campus-Monde : La Cité internationale universitaire de Paris, 1950-2000, Rennes, PUR, remise du manuscrit mai 2019 aux PUR, co-dir. avec G. Tronchet. (second volume de La Babel étudiante parue en 2013).
  • « Dynamique de la recherche et sources orales », Revue Matériaux pour l’histoire de notre temps, La Contemporaine, n°129-130, juin 2019, co-dir. avec Valérie Tesnière.

Ouvrage scientifique

  • Réfugiés et diplomatie humanitaire : les acteurs européens et la scène proche-orientale pendant l’entre-deux-guerres, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, 561 p.

Direction d’ouvrage et de dossiers de revues scientifiques

  • « Réfugiés, sujets d’une histoire globale », Numéro thématique de la Revue Monde(s), dir. avec A. Angoustures, n°15, 2019/1. L’introduction avec A. Angoustures : p. 9-24.
  • « Réfugiés et apatrides : Administrer l’asile en France, Rennes, PUR, Comité d’histoire de l’OFPRA, 2017, co-dir. avec A. Angoustures et C. Mouradian. L’introduction avec A. Angoustures : « Ecrire l’histoire de la protection des réfugiés et apatrides en France (1920-1960), p. 11-46. En ligne : http://www.pur-editions.fr/couvertures/1497871983_doc.pdf
  • Réfugiés « Profession, juristes internationalistes ? », Revue Monde(s), n°7, mai 1915, avec P. Rygiel. Le sommaire : http://www.monde-s.com/programmation/dernier-numero. L’introduction avec P. Rygiel : « ‘faiseurs de droit’ : les juristes internationalistes, une approche globale située », p. 9-24.
  • La Cimade et l’accueil des réfugiés : Identités, répertoires d’actions et politique de l’asile, 1939-1994, Nanterre, PUPO/BDIC, 2013, 265 p., avec M. Amar, M.-C. Blanc-Chaléard, G. Dreyfus-Armand. L’introduction p. 13-23.
  • La Babel étudiante. La Cité internationale universitaire de Paris, 1920-1950, Rennes, PUR, 2013, 216 p., avec G. Tronchet. L’introduction avec G. Tronchet : « La Cité internationale universitaire de Paris dans l’atelier de l’historien », p. 13-34.
  • Juristes et relations internationales aux XIXe-XXe siècles, Revue Relations internationales, n°149, janvier 2012, avec J.M. Guieu. L’introduction avec J.M. Guieu, p. 3-11.
  • avec A. Aglan et O. Feiertag, Humaniser le travail : régimes économiques, régimes politiques et Organisation internationale du travail, 1929-1969, Bruxelles, Peter Lang, 2011, 266 p. L’introduction p. 9-16.
  • « Albert Thomas, société mondiale et internationalisme : réseaux et institutions des années 1890 aux années 1930 », Les Cahiers Irice, 2008, n°2, 195 p., avec A. Aglan et O. Feiertag.

Contributions dans des ouvrages collectifs

  • “Diplomates et juristes face à la question de la protection des réfugiés en France. Du Bureau chargé des intérêts des apatrides de Vichy à la mise en place de l’Ofpra (1942-1955), Réfugiés et apatrides : Administrer l’asile en France, A. Angoustures, D. Kévonian, C. Mouradian (dir.), Rennes, PUR, Comité d’histoire de l’OFPRA, 2017, p. 91-114.
  • « 1948 : L’universalisation des droits de l’homme », Patrick Boucheron (dir.), Histoire mondiale de la France, Paris, Seuil, 2017, notice p. 640-643.
  • “L’histoire des femmes juristes en France jusqu’aux années 1960 : état des lieux et sources de recherche”, E. Tourme Jouannet, L. Burgorgue Larsen, H. Muir-Watt et H. Ruiz-Fabri (dir.) Féminisme et droit international. Etudes francophones du réseau Olympe, Paris, Société de législation comparée, 2016, p. 323-346.
  • André Mandelstam and the internationalization of human rights (1869-1949) », Miia Halme-Toumisaari, Pamela Slotte (eds.), Revisiting the origins of human rights : Genealogy of a European Idea, Cambridge, Cambridge University Press, 2015, p. 239-266.
  • « Entretien avec Géraud de Geouffre de la Pradelle ». Histoire des juristes internationalistes et source orale, in « Profession, juristes internationalistes ? », Revue Monde(s), n°7, mai 1915, avec P. Rygiel, p. 155-172.
  • « Exilés, déplacés et migrants forcés : les réfugiés de la guerre-monde », Alya Aglan, Robert Frank (dir.), 1937-1947 La guerre-monde, Paris, Gallimard, Folio-Histoire, mai 2015, vol. II, p. 2253-2294.
  • « La Cimade et les réfugiés : organisation privée et processus de légitimation dans l’espace international, 1945-1951 », p. 101-121, in La Cimade et l’accueil des réfugiés : Identités, répertoires d’actions et politique de l’asile, 1939-1994, Nanterre, PUPO/BDIC, 2013.
  • « La Cité internationale universitaire de Paris dans la guerre : refuge, occupation et résistances (1938-1944) », p. 143-162, in La Babel étudiante. La Cité internationale universitaire de Paris, 1920-1950, Rennes, PUR, 2013.
  • « Les réfugiés européens et le Bureau international du travail (1942-1951) : appropriation catégorielle et temporalité transnationale », p. 167-194, in Humaniser le travail : régimes économiques, régimes politiques et Organisation internationale du travail, 1929-1969, Bruxelles, Peter Lang, 2011.
  • « L’Alliance israélite universelle et la Conférence de la paix », in André Kaspi (dir.), Histoire de l’Alliance israélite universelle de 1860 à nos jours, Paris, Armand Colin, 2010, p. 172-188.
  • « La légitimation par l’expertise : le Bureau international du travail et la statistique internationale », in « Albert Thomas, société mondiale et internationalisme : réseaux et institutions des années 1890 aux années 1930 », Les Cahiers Irice, n°2, 2008, p. 81-106.
  • « La IIIe République : l’Arménie face aux défis de l’indépendance (1991-2000), in Gérard Dédeyan (dir.), Histoire du peuple arménien, Toulouse, Privat, 2007, p. 659-703, avec T. Ter Minassian.
  • « Les tribulations de la diplomatie humanitaire : les réfugiés arméniens et la Société des Nations », in Hans-Lukas Kieser (dir.), Die Armenische Frage im osmanischen Reich und die Schweiz, Zürich, Chronos, 1999, p. 279-310.

Articles dans des revues scientifiques (CL)

  • « La protection des réfugiés et apatrides en France ». Entretien réalisé avec Anne-Lorraine Bujon et Emmanuel Laurentin autour du volume Réfugiés et apatrides, Revue Esprit, n°446, 2018, p. 144-155.
  • « Deux siècles de réfugiés : circulations, qualifications, internationalisation », Pouvoirs, n°144, janvier 2013, « Les réfugiés », sous la direction de Géraldine Muhlmann et Claire Zalc, p. 17-32. Translation in english 2015 : www.cairn.info/revue-pouvoirs-2013-1-page-17.htm.
  • « Les juristes, la protection des minorités et l’internationalisation des droits de l’homme : le cas de la France, 1919-1939 », p. 57-72, in Juristes et relations internationales aux XIXe-XXe siècles, Revue Relations internationales, n°149, janvier 2012.
  • « Les juristes et l’Organisation internationale du travail : processus de légitimation et institutionnalisation des relations internationales », Journal of the History of International Law, vol.12/2, 2010, p. 227-266.
  • « L’enquête, le délit, la preuve : les « atrocités balkaniques » de 1912-1913 à l’épreuve du droit de la guerre », Le Mouvement social, n°222, janvier-mars 2008, p. 13-40.
  • « Photographie, génocide et transmission : l’exemple arménien », Les Cahiers de la Shoah 1/2005 (no 8), p. 119-149.
  • « L’organisation non gouvernementale comme acteur émergent du champ humanitaire : le Zemgor et la Société des Nations dans les années vingt », Cahiers du Monde russe, 46/4, déc. 2005, p. 739-756.
  • « Fotografie del genocidio degli armeni e poste in gioco della storiografia », Memoria e Ricerca, Rivista di storia contemporanea, Fotografia e violenza : Visioni della brutalità dalla Grande Guerra ad oggi, 20/ settembre-dicembre 2005, p. 93-110.
  • « Enjeux de catégorisations et migrations internationales. Le Bureau International du Travail et les réfugiés (1925-1929) », Revue européenne des migrations internationales, vol. 21, n°3, 2005, p. 95-122.
  • « Les juristes juifs russes en France et l’action internationale dans les années vingt », Archives juives, n°34/2, 2001, p. 72-94.
  • « Représentations, enjeux politiques et codification juridique : les réfugiés des années vingt », Revue Relations Internationales, n°101, 2000, p. 21-39.
  • « Les réfugiés et l’action humanitaire en Transcaucasie post-soviétique : enjeux politiques et considérations historiques », Cahiers d’Études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien, n°29, 2000, p. 65-87.

Articles dans des revues scientifiques (SCL)

  • « Histoires d’enfants, histoire d’Europe : l’Organisation internationale des réfugiés et la crise de 1949 », Matériaux pour l’histoire de notre temps, BDIC, n°95, juillet-septembre 2009, p. 30-45.
  • « Question des réfugiés, droits de l’homme : éléments d’une convergence pendant l’entre-deux-guerres », Matériaux pour l’histoire de notre temps, BDIC, n° 72, oct.-décembre 2003, p. 38-47.
  • « Exilés politiques et avènement du "droit humain" : la pensée juridique d’André Mandelstam (1869-1949) »,

Communications avec actes dans un congrès international

  • « « Hôtel des peuples et maisons-wagons » : l’action internationale face aux réfugiés et apatrides arméniens dans les années vingt », in Conseil scientifique international pour l’étude du génocide des Arméniens, Le Génocide des Arméniens, Paris, Armand Colin, 2015, p. 178-191.
  • « « l’idéal » pacifiste et internationaliste de la Cité internationale universitaire de Paris : mise en perspective socio-historique », International creative campus. La Cité internationale du XXIe siècle, Paris, L’œil d’or, 2014, p. 41-45
  • « Refondation des relations internationales et processus de légitimation : Georges Clemenceau et le concept politique de droit des peuples à disposer d’eux-mêmes », Sylvie Brodziak et Caroline Fontaine (dir.), Clémenceau et la Grande Guerre, Geste Éditions, 2010, p. 183-202.
  • « Enjeux de légitimation d’une organisation internationale : Albert Thomas et le Bureau International du Travail (1920-1932) », Jacques Bariéty (dir.), Aristide Briand, la Société des Nations et l’Europe (1919-1932), Presses universitaires de Strasbourg, 2007, p. 324-338.
  • « Réfugiés et apatrides dans les années vingt : un enjeu humanitaire pour la paix nouvelle », Roger Durand (dir.), Genève et la paix : acteurs et enjeux. Trois siècles d’histoire, Genève, Association « Genève : un lieu pour la paix », 2005, p. 297-324.
  • « Réflexions pour une Europe sociale : la question des réfugiés et le tournant des années 1929-1933 », Université de Metz, Centre de Recherche, Histoire et Civilisation de l’Europe occidentale, 2003, p. 213-228.

Autres productions

  • « L’internationalisation des droits de l’Homme durant l’entre-deux-guerres », Emission La Fabrique de l’Histoire, France-Culture, 12 décembre 2018.
  • « L’archéologie de la Déclaration universelle des droits de l’homme », 70e anniversaire de l’adoption de la Déclaration universelle des droits de l’homme, Fondation de la France Libre, Musée de l’Homme, 10 décembre 2018.
  • Table ronde de la revue Histoire au Festival du Film d’Histoire de Pessac : « Réfugiés et apatrides de l’entre-deux-guerres à la crise des migrants », avec C. Withol de Wenden et G. Dreyfus-Armand, 22 novembre 2018.
  • Article « Arménie », Catalogue de l’exposition A l’Est la guerre sans fin, 1918-1923, Gallimard, Musée de l’Armée, 2018, 130-131.
  • « La Croix Bleue des Arméniens de France : entre solidarité, culture et engagement (1912-1980) », conférences publiques : Paris le 3 juillet 2018, Marseille le 5 octobre 2018.
  • « Réfugiés et apatrides au XXe siècle », Conférence publique à Saint-Jean de Thouars, 21 décembre 2017.
  • Ivan Jablonka, « Accueillir les réfugiés. Entretien avec Aline Angoustures et Dzovinar Kévonian », La Vie des idées, 7 juillet 2017. http://www.laviedesidees.fr/Accueillir-les-refugies.html
  • « 1919-1939 : réfugiés et apatrides », Emission Concordance des temps, France-Culture, 12 novembre 2016. Rediffusion le 22 juillet 2017.
  • « Un passeport pour les apatrides », L’Histoire, hors-série « L’odyssée des réfugiés », n°73, octobre 2016, p. 46-54.
  • Table ronde de la revue Histoire aux Rendez-vous de l’histoire de Blois, 8 octobre 2016 : « Les réfugiés du droit d’asile à la jungle de Calais ».
  • Participation au documentaire de Valentine Varéla et Philippe Saada, Un passeport pour les apatrides, ARTE, 2016.
  • « La Fabrique des apatrides », Table ronde animée par Valérie Hanin avec Jean-Clément Martin, Guillaume Métayer, Yann Rivière et Dzovinar Kevonian. L’Année vue par l’Histoire (4/1), 11 août 2016. https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-lhistoire/lannee-vue-par-lhistoire-45-la-fabrique-des-apatrides
  • Février 2016 : Tribune sur l’apatridie dans Le Monde.fr :
  • http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/01/18/les-refugies-devraient-etre-l-incarnation-meme-des-droits-de-l-homme_4849247_3232.html
  • « Migrations forcées : une perspective historique », Conférence à la Table ronde « migrations forcées du colloque international organisé par la Cité internationale universitaire de Paris, Paix et migration : penser le monde autrement, 12 mars 2016.
  • « La Première Guerre mondiale et le génocide des Arméniens de 1915-1916 », Université populaire de la Médiathèque de Rosny sous Bois, 7 novembre 2015.
  • Emission Histoire vivante (Radio suisse romande) : le génocide arménien, 20 octobre 2015.
  • Emission d’archives de la Fabrique de l’histoire (France-Culture) : Europe, terre d’asile ?, 23 septembre 2015.
  • « Génocide arménien, dénationalisation en masse, spoliations. Aporie des droits de l’homme et réparations », www.collectif2015.org/fr
  • Table ronde de la Fabrique de l’histoire : le génocide des Arméniens, approches juridiques, France-Culture, 15 avril 2015.
  • « Années 1930 : la dure vie des apatrides », L’Histoire, dossier « Le siècle des réfugiés », n°365, juin 2011, p. 56-59.
  • « Protégés, réfugiés et apatrides », Catalogue de l’exposition Fichés ? Photographie et identification, 1850-1960, Paris, Archives Nationales, Perrin, 2011, p. 157-163.

Communications hors colloques publiés (depuis 2010)

  • « Migrations forcées au XXe siècle », Communication au séminaire de Master d’Alya Aglan, Université Paris 1, 1er mars 2019.
  • Discutante de l’ouvrage d’Antoine Vauchez, Sphère publique, intérêts privés. Enquête sur un grand brouillage (Presses de Sciences Po, 2017), Séminaire général de l’ISP (UMR 7220), UPN, 17 janvier 2019.
  • Discutante du programme de recherche de Caroline Moine sur les mobilisations transnationales contre les répressions en Amérique latine, séminaire général de l’ISP (UMR 7220), UPN, 15 février 2018.
  • « De l’enquête à l’archive, formes de l’entretien », Engagement politique et création graphique : imprimeries anarchistes, 1973-2017, Atelier Entretiens histoire et archives orales, organisée par Catherine de Smet et Béatrice Fraenkel, EHESS-Paris, 9 février 2018.
  • « La protection des rescapés du génocide des Arméniens », Mission d’étude en France sur la Recherche et l’Enseignement des génocides et crimes de masse, Pôle 5, Université Paris Sorbonne, 19 avril 2017.
  • « Comparer dans le temps : jalons pour une histoire des formes de l’expertise », communication au colloque international L’étiquetage comme réfugié : approches comparées des pratiques institutionnelles, 27-28 mars 2017, co-organisé par Karen Akoka, Dzovinar Kévonian, Giulia Scalettaris, Université Paris Nanterre.
  • « Question des réfugiés et savoirs savants : Savoir pour faire face à la crise : le chercheur embarqué et l’administration », Colloque ENS/ENA, Gouverner en connaissance de cause, 6 mars 2017, Ecole Nationale d’Administration, Paris.
  • « Commémorations du génocide des Arméniens et dynamiques transgénérationnelles », Communication au Séminaire Mémoires et patrimonialisations des migrations, EHESS, 18 février 2016.
  • « Pour une archéologie de la photographie du génocide des Arméniens : usages, circulations, appropriations », Journée d’étude, Centre du Patrimoine arménien, Valence, 6 juin 2015.
  • « L’histoire des revendications arméniennes après le génocide », Regards croisés cent ans après le génocide des Arméniens : mobilisations, revendications, justice, ENS Lyon, 6 mai 2015.
  • « Migrations arméniennes, XIXe-XXe siècle. Espaces, ruptures, reconfigurations », Musée de l’histoire de l’immigration, Paris, 3 février 2015, avec Anouche Kunth.
  • « Juristes internationalistes et institutionnalisation des relations internationales : protection des réfugiés et des minorités versus internationalisation des droits de l’homme, France (1919-1950) », communication au séminaire doctoral et de recherche de Sciences Po, L’histoire de l’Etat : frontières et limites, 14 avril 2014.
  • Discutante au colloque Histoire et droit de l’extradition, XVIIIe – XXIe siècle, Lille, 12 avril 2013.
  • Discutante de l’Atelier : Guerres, Empires et Migrations, CNHI, 29 mars 2013.
  • Direction de la table ronde : Nouvelles problématiques de la recherche et questions actuelles sur l’histoire de l’asile autour de l’ouvrage de Catherine de Wenden (Directrice de recherche au CNRS-CERI-FNSP), La Question migratoire au XXIè siècle. Migrants, réfugiés et relations internationales, Journée d’étude de l’OFPRA, 21 septembre 2012.
  • « André Nikolaievitch Mandelstam (1869-1949) : du droit des minorités aux « droits internationaux de l’homme » », Journée d’étude Morale et diplomatie au XIXe siècle, 15 juin 2012, Paris-Sorbonne.
  • « Les réfugiés européens, acteurs et enjeux des relations internationales, 1930-1951 », conférence à la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, 5 avril 2012.
  • « Zones diplomatiquement grises ? Le Comité consultatif des organisations privées près le Haut-Commissariat de la Société des Nations pour les réfugiés », communication au workshop Diplomaties publiques, Diplomaties privées, organisé par Ludovic Tournès et Laurence Badel, ISP/IRICE/FARE, 4 novembre 2011, Université Paris-Ouest Nanterre La Défense.
  • « Les producteurs d’une politique des réfugiés : l’approche par les acteurs », Journée d’études Acteurs et témoins de la politique d’asile en France : les archives orales filmées de l’OFPRA, 30 septembre 2010.