ISP - Institut des Sciences sociales du Politique UMR7220

Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

Rechercher




Accueil > Publications > Parutions

Clubs politiques et perestroïka en Russie : une opposition sans dissidence

par Mourad - publié le

Clubs politiques et perestroïka en Russie : une opposition sans dissidence


de Carole Sigman, Chargée de recherche CNRS à l’ISP.

Paru en 2014 aux éditions Novoe literaturnoe obozrenie (NLO), Coll. « Neprikosnovennyj zapas », Moscou.







La décomposition de l’URSS est un phénomène mystérieux que les spécialistes n’ont pas fini d’explorer vingt ans après. Que s’est-il passé pendant la perestroïka, cette courte période de cinq ans (1986-1991) où tout a basculé ? L’une des originalités de cet ouvrage est de ne pas se concentrer sur le jeu des élites dans les hautes sphères du pouvoir politique, mais sur celui d’acteurs plus ou moins oppositionnels localisés dans leurs périphéries. Il reconstitue l’événement à travers l’histoire des clubs politiques « informels » de Moscou, organisations indépendantes du Parti communiste de l’Union soviétique (PCUS) apparues en 1986-1987. Cette mobilisation tout à fait originale naît dans les milieux universitaires pour s’étendre rapidement dans l’espace social et, sans adopter la stratégie classique d’opposition frontale, parvient néanmoins à ébranler les fondements du régime.

Révélateurs de la transformation du système politique, de son desserrement tout d’abord, puis de sa décomposition, les clubs informels sont aussi des acteurs, importants mais mal connus, de cette mutation. Ils ont contribué à façonner le nouvel espace politique concurrentiel qui émerge en 1987 et se modifie radicalement à partir de 1989, lorsque les premières élections libres déclenchent une compétition effrénée et généralisée. L’observation des clubs dans ce contexte mouvant permet d’opérer une plongée dans le processus extrêmement rapide de délitement du système soviétique.

L’analyse présentée ici s’appuie sur les fonds d’archives des clubs informels et de nombreux entretiens approfondis avec leurs principaux dirigeants, mais aussi sur des documents inédits provenant d’un comité du PCUS de Moscou chargé de « traiter » les clubs, de négocier avec leurs membres et de les surveiller.

Voir en ligne : Le site de l’éditeur