ISP - Institut des Sciences sociales du Politique UMR7220

Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

Rechercher




Accueil > ACTIVITES > Séminaires thématiques > Analyse de données en sciences sociales

Analyse de réseaux sociaux

par SANDRINEC - publié le


Séance 4 : Lors de cette séance seront présentées des recherches prenant appui sur des méthodes d’analyses de réseaux sociaux.

Mercredi 28 mars 2018 de 14h à 17h
Université Paris Nanterre - Bâtiment Max Weber - Salle 321 (3e étage)











Fabien ÉLOIRE (Clersé, Université de Lille) et Mathilde PETTE (Cresem, Université de Perpignan Via Domitia)

Pôles d’organisation et engagement dans l’espace de la cause des étrangers. L’apport de l’analyse des réseaux sociaux

Cette présentation montre dans quelle mesure les analyses de réseaux sociaux (ARS) permettent d’analyser la structure d’un espace militant au regard des pratiques de multi-engagement des militants qui y sont engagés. Les militants sont en effet souvent affiliés à plusieurs organisations (syndicats, partis politiques et associations).
L’ARS permet, sur la base de ces données relevant de l’engagement individuel, d’accéder au niveau organisationnel : la coexistence de deux viviers de recrutement des militants, l’un chrétien, l’autre d’extrême gauche à dominante communiste, apparaît ainsi sous un jour complémentaire à travers plusieurs constellations d’associations plus ou moins imperméables entre elles. Cette présentation montre ainsi comment, en cartographiant l’espace de la cause étudiée, les ARS sont un outil d’analyse pertinent pour saisir les processus d’encastrement organisationnel et de multipositionnalité.


Emmanuel LAZEGA (CSO, Sciences Po)

Les ‘harmonisateurs’ de l’interprétation du droit dans le travail des juges : Une enquête au Tribunal de Commerce de Paris

Une enquête (2000-2005) au Tribunal de Commerce de Paris a permis d’articuler plusieurs types de données qualitatives et formalisées : sur les juges consulaires eux-mêmes, sur leurs réseaux de demandes d’avis au sein et hors du tribunal, sur leurs choix normatifs et commentaires jurisprudentiels portant sur des cas mobilisant un ‘pouvoir souverain d’appréciation’, sur leurs mobilités internes au tribunal (rotation annuelle d’une Chambre à l’autre). La présentation concernera la construction d’un modèle (de type Siena) articulant ces différents types de données et permettant de suivre l’émergence d’une petite oligarchie de juges dont la super-centralité dans les réseaux de conseil contribue à l’homogénéisation des jugements dans cette institution -par ailleurs très hétérogène- de contrôle social du fonctionnement des marchés.

Pour approfondissement on pourra se référer à l’un ou l’autre de ces articles :
- Lazega, Emmanuel, Lemercier, Claire et Mounier Lise (2006), "A spinning top model of formal structure and informal behaviour : Dynamics of advice networks in a commercial court", European Management Review, 3:113-122
- Lazega, Emmanuel, Mounier, Lise, Snijders, Tom et Tubaro, Paola (2008), "Réseaux et controverses : De l’effet des normes sur la dynamique des structures", Revue française de sociologie, 49:467-498
- Lazega, Emmanuel et Mounier, Lise (2009), "Polynormativité et contrôle social du monde des affaires : le cas de l’interventionnisme et de la punitivité des juges du Tribunal de Commerce de Paris", Droit et Société, 71:103-132

Les interventions seront animées par :
Mauricio ARANDA (ISP / Université Paris-Nanterre) et
Anaïs HENNEGUELLE (IDHES / ENS Paris-Saclay)