ISP - Institut des Sciences sociales du Politique UMR7220

Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

Rechercher




Accueil > ACTIVITES > Séminaires thématiques > Analyse de données en sciences sociales

Analyse de données en sciences sociales

par Mourad - publié le , mis à jour le

Le séminaire « Analyse de données en sciences sociales » (ISP) se veut un espace de réflexion et de partage d’expériences sur les méthodes utilisant l’exploitation de données en sciences sociales. Fondé sur une présentation de travaux de recherche en cours, il souhaite favoriser les échanges et les questionnements sur des approches méthodologiques variées.

Comité d’organisation : Sandrine Clérisse, Cécile Rodrigues, Fabien Tarissan

Programme

Séance 1 - Jeudi 23 février 2017 de 14h à 16h

Articulation "quanti / quali" au service des sciences sociales : Exemples de recherches fondées sur une démarche mixte
Maison Max Weber – Salle de réunion

La séance introductive de ce séminaire présentera deux recherches dont la spécificité est d’articuler des méthodes qualitatives et quantitatives. Il s’agira par là de sortir de la représentation de méthodes antagonistes, et des perceptions qui y sont associées, pour mettre en avant l’enrichissement mutuel qu’une telle mixité peut offrir.

Claire LEMERCIER (Sciences Po / Centre de Sociologie des Organisations)

  • Faire feu de tout bois : une enquête sur l’apprentissage en France au XIXe siècle

Dans le cadre d’une enquête sur l’apprentissage en France au XIXe siècle, la présentation portera principalement sur deux sources (qui concernent Paris) : une statistique produite à l’époque par la chambre de commerce, et une série de jugements prud’homaux. Dans les deux cas, que le matériau de départ soit des chiffres ou des archives judiciaires seulement en partie standardisées, l’enquête utilise différentes formalisations (simples comptages, méthodes géométriques, régressions, représentation en réseaux). La présentation insistera sur ce qu’apporte chacune d’entre elles, et surtout sur l’articulation intime entre formalisations et approches plus qualitatives, à chaque stade de l’interprétation : en particulier sur l’utilisation de la critique de la source (et d’autres sources) pour l’élaboration des questions auxquelles la formalisation est censée répondre, et pour la mise en bases de données du matériau ; et sur le fait que la formalisation permet non seulement de dégager des tendances dominantes, mais aussi de repérer des exceptions intéressantes.

Pascal VALLET (Université Jean Monnet / Centre Max Weber)

  • Les archives de L’œil à la page, Enquête de Jean-Claude Passeron et Michel Grumbach

L’œil à la page, une enquête portant sur l’introduction de l’audiovisuel dans huit bibliothèques publiques (Caen, Cambrai, Castres, Chaville, Evry, Grenoble, Toulouse, Villé) a été réalisée pour la Direction du livre en 1978. Dans la logique d’une approche résolument multiméthodologique, l’équipe de chercheurs dirigée par Jean-Claude Passeron, a voulu articuler les méthodes quantitatives et qualitatives en mobilisant aussi bien l’observation, l’entretien, les statistiques administratives, les bulletins de recensement quotidien que le questionnaire diffusé en libre-accès ou administré en côte-à-côte. L’étude de ces archives permet donc de décrire une attitude pratique souple qui, associée à une recherche d’efficacité, facilitait l’articulation des apports de chaque instrument selon une « formule de recherche » peu courante sur laquelle la communication se propose de revenir.

Discutants :

- Sylvain Antichan (Labex Les Passés dans le Présent)

- Guillaume Mouralis (Institut des Sciences Sociales du Politique)


Séance 2 - Lundi 22 mai 2017 de 14h à 17h

Étude de populations à partir de données biographiques et administratives
Maison Max Weber – rdc Workshops 2

Lors de cette séance, seront présentées différentes méthodes d’analyse de données biographiques, qu’elles soient administratives ou constituées en vue de la recherche :

Frédéric LEBARON (Ecole Normale Supérieure de Paris-Saclay) :

À partir de plusieurs expériences collectives de recherche, ayant pour point commun de porter principalement sur les élites de l’Europe, on se propose dans cette présentation d’adopter une posture réflexive à propos des enjeux et des problèmes de plusieurs étapes de ces enquêtes et de leur analyse : la conception du dispositif ; la démarche de recueil d’information ; la gestion de la base de données biographiques ; les exploitations statistiques des données, en mettant en avant le recours aux outils et potentialités de l’analyse géométrique des données (AGD). On adopte donc ici un point de vue « méthodologique » et épistémologique, mais aussi proprement sociologique sur le processus qui conduit à exploiter des bases de données prosopographiques dans le cadre d’études transnationales, qui s’inscrivent dans une déjà riche tradition d’étude de l’internationalisation des élites.

Léonard MOULIN (INED) :

À partir d’une expérience naturelle, la hausse brutale de certains frais d’inscription à l’Université Paris 9-Dauphine, nous étudions l’impact des frais sur les parcours des étudiants et leur réussite. Nous appliquons une méthode d’appariement optimal à la base nationale des inscriptions (SISE) pour définir une typologie de ces parcours. Nous évaluons l’impact de la hausse sur les types de parcours sélectionnés par l’université à l’aide d’un modèle logit multinomial non ordonné. Nous montrons que les parcours scolaires sont significativement impactés. La hausse des frais réduit la mobilité géographique et sociale et, ce faisant, accentue les phénomènes de ségrégation sociale. Par ailleurs, contrairement à ce qu’indique une partie de la littérature sur les frais, la hausse ne semble pas inciter à l’effort : nous ne trouvons d’impact sur la réussite au diplôme.

Les discussions seront animées par :
Christophe LE DIGOL (Université Paris-Nanterre / ISP) et
Jana VARGOVČÍKOVÁ (Université Paris-Nanterre / Université Charles à Pragues)

Agenda

  • Jeudi 23 février 14:00-16:00 - Claire LEMERCIER

    Analyse de données en sciences sociales

    Résumé : Claire LEMERCIER (Sciences Po / Centre de Sociologie des Organisations) : Faire feu de tout bois : une enquête sur l’apprentissage en France au XIXe siècle
    Pascal VALLET (Université Jean Monnet / Centre Max Weber) : Les archives de L’œil à la page, Enquête de Jean-Claude Passeron et Michel Grumbach
    Discutants :
    - Sylvain Antichan (Labex Les Passés dans le Présent)
    - Guillaume Mouralis (Institut des Sciences Sociales du Politique)

    Lieu : Maison Max Weber – Salle de réunion


  • Lundi 22 mai 14:00-17:00 - Frédéric LEBARON et Léonard MOULIN

    Étude de populations à partir de données biographiques et administratives

    Lieu : Maison Max Weber rdc - Université Paris Nanterre


Ajouter un événement iCal